image/svg+xml
29.11.2022

Explication Licences Logicielles IBM

2 minutes pour comprendre les licences logicielles IBM

Brice LE DEROFF
Software Contract Management & IT Audit
 

Comme pour tous les éditeurs, le droit d’usage accordé par une licence d’un logiciel IBM est décrit dans un document contractuel que l’on appelle en général le SLA (Software License Agreement). Ces conditions d’usage sont précisées dans le IPLA (International Program License Agreement), les conditions particulières elles sont précisées dans le document appelé IBM International Passport Advantage.

Une fois que l'on a dit cela, l'éditeur va vous accorder des droit d'usage et une manière de les suivre, de les comptabiliser. De même qu'il existe plusieurs dénomination de licences logicielles, il existe plusieurs métriques de dénombrement. 

A retenir : En matière de licence logicielle c'est une question de quel droit et de quelle métrique. 

User based licensing / licences utilisateurs

  • Autorized user / utilisateur autorisés

La notion d'utilisateur autorisé, c'est comme pour d'autres éditeurs qui parlent d'utilisateurs nommés, c'est un concept où on associe le droit d'usage à une personne que l'on est en capacité d'identifier. Cette association, ce rattachement peut se faire au travers d'un numéro d'immatriculation, d'une adresse mail, d'un identifiant. Ce qu'il faut retenir c'est qu'a une personne est associé une unité de licence.

L'intérêt est que lorsqu'une solution IBM est consultée par le même utilisateur via différents outils (PC, Smartphone, tablette,objet connecté,...) c'est toujours la même licence unique qui est utilisée.

On comprend tout de suite l'enjeu financier pour des applications qui sont sollicitées via plusieurs terminaux et les conséquences en terme de volume d'usage à couvrir par des licences.

  • Concurrent user / utilisateurs simultanés

Dans le cas du Concurrent user / utilisateurs simultanés ont va comptabiliser le nombre d'utilisateurs distincts connectés simultanément. Et si un même utilisateurs est connecté via plusieurs médias il ne sera comptabilisé qu'une seule fois. Si on doit pouvoir associer/distinguer un utilisateur en revanche la licence ne lui sera pas dédié.

Ce mode de licensing est intéressant lorsque l'on a un grand nombre d'utilisateurs potentiels (ex: l'ensemble des collaborateurs d'une entreprise), mais qu'ils se connectent rarement, de manière ou à des occurences peu prévisibles.

Dans ce cas et pour optimiser le parc de licences nécessaires, on va évaluer les pics d'utilisation simultanés et non chercher à couvrir l'ensemble de parc potentiel de quoi couvir les pics de connexions à la solution. Sur certaines solutions il pourra être négocié des pics moyennés,...

  • Floating user / utilisateurs flottant

L'utilisateur flottant est un concept liés à la philosophie du licensing IBM où pendant longtemps dès qu'un code logiciel IBM était détecté sur une machine, il ouvrait le besoin à une licence logicielle. Que ce logiciel soit utilisé pour pas.

Du coup, pour gérer ce risque, la concept de Floating user a été imaginé permettant à l'extrême de déployer la solution sur toute les machines de l'entreprise, mais de ne comptabiliser que les usages simultanés de la solution.

Ce qui permet de ne plus risquer de devoir couvrir par des licences des volumes non contrôles lors de déploiements par télédistribution massive d'applications (ex: GPO). 

  • User value unit / Valeur unitaire d'usage

Dans le but d'affiner toujours plus le coût des licences utilisateurs a été créé le UVU (User Value Unit) que l'on pourrait traduire par Valeur Unitaire d'usage. Cette notion permet de comptabiliser des usages/utilisateurs restreint ou différentiés.

Prenons l'exemple d'utilisateurs dans une entreprise qui sont distinct et qui chacun sollicitent la même application mais sur des module différent et non pas sur la totalité des modules de l'application.

Une unité d'usage différente à chacun d'entre-eux va être associée. Ne sera comptabilisé non pas une licence identique pour autant d'utilisateurs qui sollicite l'application. Mais sera comptabilisé le nombre d'utilisateurs qui sollicitent l'application en fonction du même module.

Cela pemet d'éviter d'acheter une licence couvrant la totalité de l'application pour un usage restreint et donc de minorer le coût financier de la solution.

Capacity based licensing / licences capacitaires

  •    Install / Installation

Après l'utilisateur qui est couvert par une licence dédiée, il faut bien imaginer que la solution est hébergée/installée sur un serveur machine. Pour ce faire IBM va vous demander de couvrir le déploiement de la solution sur votre serveur en fonction d'une métrique qui dépend du nombre de fois que l'on installera cette application dans le SI de l'entreprise. On va alors compter littéralement le nombre d'installation.

L'éditeur demandera d'acheter autant d'unité de licence que d'installation d'où le nom de license per install /licence par installation.

  •    Processor Value Unit (PVU) / Unité de processeur

La notion de l'installation ne résume pas la réalité d'usage de l'application, en effet la puissance des machines sur lesquelles ont va déployer la machine sera un indicateur plus réaliste de l'usage qui est fait par le client de la solution.

Comme la puissance de la machine étant fonction du processeur du serveur, l'éditeur va comptabiliser le nombre de cœurs de votre processeur pour définir le nombre d'unité de licence.

Partant du principe que l'usage qui est fait de la solution et le bénéfice pour l'entreprise qui en émane varie en fonction de la puissance que l'on attribue au serveur socle de l'application.

IBM va considérer 2 cas de figure:

Soit votre application utilise la totalité de la capacité de calcul du serveur (du processeur) et a ce moment on va compter la totalité des cœurs du serveur: on parle a ce moment de Full Capacity license / licence pleine capacité. Comme le stipule les conditions d'usage décrite dans le Passport Advantage on va compter le nombre total de cœurs du serveur et acheté autant de licences que de coeur.

Soit l'application ne nécessite pas de dédier la totalité du serveur à l'application, alors on va partitionner le serveur via une technologie de virtualisation où on va créer un serveur virtuel ("part restreinte du serveur"), a ce moment on va activer un certain nombre de cœurs virtuels pour l'utilisation de la solution IBM et n'acheter que le nombre de licences égalent au nombre de cœurs activés.

  •    Server / Serveur

Pour des plateformes de taille significative on va regrouper les serveurs dans des racks ou baies de seveur appelé aussi lame. A ce moment l'éditeur pour simplifier le calcul des licences peut proposer de licencier le nombre de serveur du rack.

  •    Virtual Server / Serveur virtuel

Même stratégie pour les serveurs virtuels, on va créer des lames de serveurs regroupé dans baies virtuelles et l'on comptabilisera alors le nombre de serveurs virtuels. L'unité de licence sera donc non plus à la puissance ou la nature du serveur mais le nombre de serveurs virtuels dédiés à l'application. 

  • Autres types de licences

Pour des cas particuliers il peut être intéressant de négocier des typologies de licensing plus créatives. C'est pourquoi IBM propose des métriques contractuelles comme le nombre de client device / terminaux. Ou encore le nombre de Ressource value unit que l'on traduit par unité de ressource. Ca va par exemple être le nombre de fiches clients, de dossier de litiges,...

La Maintenance associée à une licences:

IBM comme l’ensemble des éditeurs, assorti l’acquisition de ses licences d’un service de support et maintenance de la solution acheté. Comme évoqué en introduction c’est le IBM International Passport Advantage qui défini les règles et conditions d’application de ce service. Pour une durée de 12 mois renouvelable ce service permettra d’avoir accès à :

  • Un support pour le déploiement et l’usage des solutions acquises
  • Des ressources de la base de connaissance IBM
  • A la maintenance et aux correctifs de la solution.
  • Les coûts de maintenance tourne autour de 20% de l’assiette d’acquisition des licences.
Publié par
Brice LE DEROFF
Software Contract Management & IT Audit
 

Comment nous contacter ?

Envoyez-nous votre demande par mail ou par téléphone en précisant le type de matériel, la configuration, la durée souhaitée, la date de début du projet et nous vous recontacterons rapidement.

Demander un devis